EntretienVoir tous les articles de cette rubrique

Retour sur 2017-18. Alain Billard (clarinette basse) : « L’imagination de l’Ensemble est inépuisable. »

par Alain Billard, le 19/07/18

De grandes tournées internationales, des expériences transversales, des actions éducatives originales : Alain Billard revient sur une saison 2017-18 bien remplie.

Cette saison 2017-18 a été ponctuée de nombreux concerts en tournées : Répons de Pierre Boulez au Park Avenue Armory de New York (photo ci-dessous), les deux concerts de musique de chambre à Buenos Aires, Des canyons aux étoiles…d’Olivier Messiaen et notre récent concert à Saint-Pétersbourg sont à ce titre parmi mes meilleurs souvenirs musicaux de cette année passée.

Répons de Pierre Boulez au Park Avenue Armory, New York, octobre 2018

Mais j’affectionne aussi particulièrement le travail au quotidien que nous faisons tous ensemble : nous avons beaucoup à faire pour garder et renforcer la qualité et l’excellence de l’EIC. Nous avons dans ce but mis en place un conseil des solistes : ce conseil est avant tout là pour aider notre équipe administrative à faire des propositions de concerts en accord avec les attentes des organisateurs, afin de voir les projets affluer. Nous réfléchissons aux programmes ainsi qu’aux formats. La chose n’est pas facile car nous sommes aujourd’hui contraints d’intégrer des conditions et des objectifs qui ont considérablement évolué ces dix dernières années.

Dronocracy de Laurent Durupt, Comédie de Reims, mai 2018

Dans le même temps, l’ensemble s’est rajeuni, il devient plus réactif et dynamique. Son imagination est inépuisable car nourrie toujours de nouveaux arrivants qui apportent idées neuves et contacts avec des jeunes compositeurs. La force de proposition de l’EIC est sans égale dans le monde, car sa formation de 31 solistes lui permet de s’adapter à tous les projets.. Son répertoire est le plus large possible. L’EIC a su créer et défendre la musique contemporaine auprès de tous les publics. Présent au niveau national et international  avec des projets transversaux de théâtre musical comme Les Aventures de Pinocchio ou Dronocracy (photo ci-dessus), il s’investit également dans des actions pédagogiques originales comme les ateliers découverte Sound Kitchen (photo ci-dessous) ou  l’Académie du festival ManiFeste de l’Ircam dont l’Ensemble est partenaire depuis le début.

Sound Kitchen à la Médiathèque Marguerite Duras, Paris, janvier 2018

Pour la saison prochaine, certains programmes revêtent une grande importance pour moi. À commencer par le concert d’ouverture de la saison, le 4 septembre à la Philharmonie de Paris, dans le cadre de la toute première biennale Pierre Boulez. On y entendra des classiques du XXsiècle, de Berg, Webern et surtout Boulez avec Le Marteau sans maître, que je serai très heureux de réentendre. Le concert Frank Zappa, le 29 septembre, est également un moment très attendu. Et puis il y a, le 16 novembre, ce concert avec des œuvres de Claude Vivier et de Gérard Grisey, qui me touche tout particulièrement : ce sont deux compositeurs que j’aime, pour les avoir connus et beaucoup joué leur musique.

Propos recueillis par Jérémie Szpirglas

Photos © EIC

Mots-clefs :, , ,



diversVoir tous les articles de cette rubrique